Spéléo

Samedi 12 avril 2014 6 12 /04 /Avr /2014 20:43

Grosse innovation ce Week-end: la sortie d'initiation habituelle s'est transformée en sortie d'initiation "exploration".

Pour ce trois cavités Gersoises dont deux inédites sont à explorer. Elles sont toutes trois situées au N-E du Département dans le canton de Mauvezin.

Si on a le temps on ira vérifier l'existence d'une cavité située très près de la demeure du père de Quentin à St Germier.

Première cavité : La résurgence de Bel-air.

Bel air 1

Le beau porche d'entrée de plus de 10m de large précède un ridicule conduit au ras du sol d'où sourd un petit ruisseau souterrain.

Thibault s'attaque au conduit supérieur qui semble être un réseau fossile. Ce dernier est très vite colmaté. Bon il va falloir se mettre à l'eau! Pour ça nous avons notre tétard habituel, le jeune Maxou à qui il commence à pousser des branchies.

Il s'arrêtera à une quinzaine de mètres de l'entrée car le conduit devient impénétrable.

Deuxième cavité :La perte de Tounard.

tounard 1

La galerie d'entrée de 5m de large sur 1m de haut descend en pente douce jusqu'à un ruisseau affluent rapidement très exigüe. La galerie principale est encombrée de divers objets hétéroclites emmenés par les eaux de crue. La désobstruction est bien trop importante pour nous puissions l'envisager.

Un gros effondrement situé à 60/70m de l'entrée marque cependant le tracé du cours souterrain que nous ne parcourrons sans doute jamais.

Troisième cavité: L'exsurgence de St Sauvy (ou du Touron).

saint sauvy 1

résurgence de Saint Sauvy

Cette cavité avait été exploré en 1962 par Jean-Pierre Cantet qui s'était arrêté à une vingtaine de mètres de l'entrée sur un élargissement partiellement colmaté et dont la désobstruction semblait envisageable...

saint sauvy 5

Quatre spéléos ennéoprènés entrent dans la cavité (Max, Thibault, Julien et Quentin).

saint sauvy 4

La désobstruction est effectuée mais au delà la galerie devient impénétrable au bout de 3m seulement. Décidément c'est pas notre jour !!!

saint sauvy 6

Pendant ce temps Pascal, Alain et Dimitri font les guignols dans les arbres.

dimitri

Ne reste plus qu'une cavité: Celle dont Quentin nous a parlé.

Dans un profond talweg, le petit ruisseau "de la tuilerie" joue à se perdre et à réapparaître quelques mètres plus loin à plusieurs reprises avant de se perdre pour de bon sous une belle voûte rocheuse. La cavité , totalement inconue des spéléos, est bien réelle !

perte quentin

Malheureusement un enchevètrement de branchages bouche l'accès au ruisseau souterain mais on entend clairement celui-ci cascader un peu plus loin.

A trois cent cinquante mètres vers le N-E, un ruisseau résurge au bas d'une barre rocheus de 6m de haut par une belle résurgence de type Vauclusien. Sûrement le même ruisseau... A vérifier très bientôt.

résurgence quentin

Cette journée très chargée se termine quand même sur un évènement positif.

Merci Quentin pour cette belle découverte.

saint suavy 2

Par Groupe Auscitain de Spéléologie - Publié dans : Spéléo
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 7 avril 2014 1 07 /04 /Avr /2014 10:05

Nous nous retrouvons à 7 Amalgamés le Samedi matin devant la cabane Dominique Prébedé à Ste Engrâce: Christine et Didier, Papou, Gilbert, Mickey, Régis et Alain.

23

Le haut de l'escalade

Très vite nous attaquons l'escalade , Régis et moi, vers le "réseau du Menhir" . Le rocher est hyper compact et l'escalade est un vrai régal ! En 1h30 l'affaire est pliée et nous nous retrouvons dans une belle galerie de 2m de large sur 7 à 8m de haut.

Première désillusion le deuxième porche qu'on apercevait du bas rejoint très vite cette galerie.

Au bout de la galerie une nouvelle escalade de 7m conduit à une première étroiture où le courant d'air est très légèrement aspiré. Suit une deuxième étroiture coriace où Régis est contraint de virer tout son équipement.

Au delà la galerie se poursuit jusqu'à un croisement avec un nouveau méandre qui (deuxième désillusion), rejoint le troisième porche repéré du bas.

Plus loin la belle petite galerie continue en se rétrécissant jusqu'à devenir impénétrable à environ 40m de l'étroiture.

8

Le Menhir

9

91

Topo dans le réseau du Menhir

Ce réseau (du Menhir) développe environ 80 à 90m au total, il marque le point haut de nos explorations à + 105m au dessus de la plage de galets.

Pendant ce temps, le reste de l'équipe termine la topo en faisant un peu de première. Notamment en jonctionnant les deux salles concrétionnées découvertes lors de notre dernière sortie.

6

Mickey teste un nouveau casque intégral !!!

Ils topographient puis déséquipent le réseau du Menhir pendant que Régis et Alain découvrent un nouveau porche à explorer à 7 ou 8 m de hauteur. Ca sera pour la prochaine fois.

7

Cristallisations

menhir

Le Dimanche, Christine Didier et Régis nous ont malheureusement quitté et nous nous retrouvons à quatre pour attaquer le gros chantier au "trou du vent" au dessus de la Verna.

Nous arrivons à effectuer 4 "interventions musclées" ce qui nous permet de bie progresser dans une trémie de gros blocs coincés. Au delà un coude à gauche promet une zone de progression plus saine et un peu plus large. Malheureusement nous ne sommes pas assez nombreux pour évacuer les déblais vers la sortie. Ca sera pour la prochaine fois et il faudra être au moins 8 personnes. Avis aux amateurs...

En tendant l'oreille dans le nouveau méandre, on a nettement entendu au loin un bruit très familier, un grondement plutôt : Celui de la rivière Saint Vincent qui cascade dans la salle de la Verna!!!

Nous sortons du trou  complètement cassés et frigorifiés, il fait heureusement plus de 20° dehors.

Par Groupe Auscitain de Spéléologie - Publié dans : Spéléo
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 30 mars 2014 7 30 /03 /Mars /2014 22:12

Ci-dessous mes clichés réalisés lors du stage photo du CDS 64 à la grotte des Eaux Chaudes et piloté par l’excellentissime (ouais bon je fayotte un peu pour remettre ça dans une autre grotte) Philippe Kerdevez (Ker2 pour les intimes).

IMGP0688

8h00 intenses de prises de vues non stop (repas englouti en à peine ¼ d’heure !) . Mais qu’est ce que c’était Chouette !

longue galerie 1

vasque 1-copie-1

grande galerie 30

galerie plate 4

Après la théorie dispensée aux stagiaires (7) le Vendredi soir au gîte de la caverne à Eaux-Chaudes, on attaque le Samedi matin avec un départ vers 9h.

On monte directement jusqu’à la prise d’eau à +100 et on va jeter un œil au débit de la rivière qui approche les 500l/s.

On mitraille littéralement toutes les galeries en redescendant(essais de différents éclairages, ouvertures, hyper focales,

On « débouche » même Régis à plusieurs reprises et il a l’air d’aimer ça !!! (déboucher, c’est en fait mettre un petit éclair pour faire ressortir la silhouette du porte flash), on teste les torches de plongée et les éclairages immergés, etc…

Bref une super journée avec les résultats de (mes) photos plutôt encourageants. A suivre les clichés de Philippe et Christian qui seront à n’en pas douter autrement plus beaux.

Un grand merci à Philippe pour cet excellent stage et à tous les porte flashes (Régis, Michel, Joël et Christian également photographe)

 

 

Sur Picasa : https://plus.google.com/photos/115455381167787709142/albums/5996645455631961585?banner=pwa

Par Groupe Auscitain de Spéléologie - Publié dans : Spéléo
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 30 mars 2014 7 30 /03 /Mars /2014 21:53

Nous revoilà à la perte de La bourdette pour en découdre et effectuer la jonction tant attendue avec le point extrème atteint dans la résurgence de Buguet.

Marc essaie de passer le méandre étroit semblant shunter le siphon mais celui ci est beaucoup trop étroit, il redescent vers le siphon alors qu'une autre branche part sur la gauche en remontant.

Le niveau d'eau a considérablement baissé et la voûte observée par Alain est à présent à 20cms de l'eau. Marc progresse de 2m de plus jusqu'a une "cloche' de 1m de diamêtre où arrive en plafond une branche du méandre étroit précité.

P3300017

Maxou près du siphon terminal, l'ancien niveau d'eau est au dessus de son casque.

Audelà le siphon plonge en pente douce sur 4 à 5m, point atteint par Marc qui avait amené ses lunettes de plongée , très utiles avec cette super visibilité de +- 2 cms !

Pendant ce temps, Maxou et Joêl ont attaqué la cheminée sous le doline Est. Ils découvrent une galerie en partie obstruée qui se dirige vers le siphon. Ils attaquent la désob mais après s'être pris un ou deux blocs sur la g..., ils abandonnent en jurant d'y revenir avec des outils plus adaptés

Plus haut Alain a attaqué la désob de la résurgence dans la doline qui crache toujours ses 3/4 l/s. La voûte de la galerie est visible mais il faudra creuser sur 20 à 30 cms pour espérer passer... A suivre.

Le fait de constater que le niveau du siphon a baissé à ce point nous donne quand même quelques espoirs et il faudra revenir en plein étiage.

perte de Labourdette

Projet pour très bientôt : Entrer par la résurgence en réalisant la topo précise, attaquer la désob de la trémie arrosée terminale et filmer cette belle première.

A très bientôt

Par Groupe Auscitain de Spéléologie - Publié dans : Spéléo
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 23 mars 2014 7 23 /03 /Mars /2014 21:43

Première époustouflante à la résurgence de Buguet !

IMGP0673

La résurgence de Buguet le 23/03/2014

Après le passage d’une voûte rasante à 15m de l’entrée, on progresse dans une belle galerie tantôt en laminoir tantôt à la faveur d’une diaclase sur plus d’un kilomètre !!! la progression se fait comme au Sinaï tantôt à 4 pattes (le plus souvent), en rampant ou même debout. Ces galeries sont ponctuellement très concrétionnées avec un concrétionnement similaire à celui Sinaï. (grosses colonnes, multitude de petites stalagtites, méduses (!!!), grands gours etc...

IMGP0672

Dans la perte avant la voûte rasante

Arrêt sur cascade de 2m50 filtrant à travers une trémie concrétionnée. Des bouts de bois sont coincés en hauteur dans cette trémie, la perte de La Bourdette doit être très proche. Les deux cavités sont distantes de 860m en ligne droite donc un développement supérieur au kilomètre est plausible car les galeries sont très sinueuses…

IMGP0651

IMGP0654

Coloration à la perte de La Bourdette

Je me suis arrêté dans la perte de La Bourdette sur un siphon (courte voûte mouillante) à 20m de l’entrée environ. Un méandre étroit rive gauche semble contourner l’obstacle.

perte de Labourdettes

A suivre très bientôt. La perte a été colorée mais nous n’avions pas de traceur donc pas (encore) de certitude. La future topo va confirmer plus facilement.

Il s’agit d’un énorme coup de chance car plusieurs effondrements de la voûte nous ont toujours laissé le passage (mais d’autres entrées possibles se dessinent), la progression est pénible mais jamais extrème (comme les voûtes mouillantes des cavités de Courensan par ex).

Ce jour le débit du ruisseau était de 3 à 5 litres par seconde, on ne  quitte pratiquement jamais son lit.

IMGP0679

Les deux heureux explorateurs sortent après 3h30 d'explo

La traversée perte de La Bourdette – Résurgence de Buguet est en passe de devenir la plus longue cavité du Gers et sans conteste une des plus belles !

 

Pour une fois le rève était conforme à la réalité. Un grand bravo à nos deux grenouilles Maxou et Marco.

 

 

Par Groupe Auscitain de Spéléologie - Publié dans : Spéléo
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés