Dimanche 2 novembre 2014 7 02 /11 /Nov /2014 18:04

Salut les prolos ! 

 

Nous avons testé pour vous la lampe El spéléo Rescue 2200 Lumens.

La scurion du pauvre !

Que du bonheur !!!

J'avais un peu peur pour l'autonomie et je suis rassuré , oh combien !!!

 

La lampe est dotée de 4 leds rouge qui informent sur la capacité restante dans la batterie.

Après une explo de 12 heures au C214 Sima de la Niebla en naviguant entre les modes 2 et 3, voire 4 pour "faire le malin", Joël est ressorti du gouffre et a constaté que trois leds rouge étaient encore allumées !!! Nous voilà sereins par rapport à l'autonomie. En plus avec une deuxième batterie (50€), on peut envisager des séjours avec bivouac sans problème.

Comparativement à la Scurion, la luminosité est un peu moindre mais largement suffisante, en tous cas beaucoup plus efficace que sur la Petzl Ultra Vario (mon ancienne lampe). Le poids et l'encombrement est encore à l'avantage de la El spéléo ainsi que la connectique et l'étanchéité qui a l'air au top. (la lampe a même été testée en plongée jusqu'à -40. Cependant le fabriquant précise que ce n'est pas une lampe de plongée).

Un petit point négatif : Un peu de boue s'est inséré entre le verre et le boitier, mais pas au delà du joint torique protégeant l'électronique et les leds.

Un deuxième : Pas de cordon pour charger directement le deuxième accu, on est obligé (pour le moment) de passer par le casque.

elspé 1

elspé 2

 

Reste l'inconnu de la durée de ce super matos dans le temps. On en re-discute l'an prochain...

 

Le site du re-vendeur en France: http://www.lampes-speleo.com/

Le pack Elspeleo "RESCUE 2200" comprend :

  • UNE LAMPE,
  • UNE BATTERIE,
  • UN CHARGEUR,
  • GARANTI 1 AN (batteries sont garantie 3 mois)

Caractéristiques techniques:

 

Un seul commutateur (bouton pussoir)  disposant de 9 modes de réglage.
Chacune des 2 LED est réglable indépendamment selon 7 niveaux d'éclairage, 4 modes pour la lumière large (flood) et 3 modes pour le spot . Vous avez la possibilité de faire fonctionner les deux LED-s simultanement 2 modes de reglage sont possibles.

Le spot atteint plus de 150 mètres sur le réglage le plus élevé.

  • Le boitier de la lampe est en aluminium usiné et recouvert de plastique pour plus de durabilité.
  • Le boitier de la batterie est en plastique composite très dur.
  • Le câblage est très résistant à la chaleur. Il est classé IP68 étanche à l'eau.
  • La lampe est classé IP68 waterproof , ce n'est pas une lampe de plongée.
  • Le témoin de charge est integré sur la lampe (4 diodes led)
  • Protection thermique @70°C

 

  • Modes d'éclairage:
    1 - flood 50 lumens
    2 - flood 200 lumens
    3 - flood 500 lumens
    4 - flood 1200 lumens
    5 - spot 200 lumens
    6 - spot 400 lumens
    7 - spot 1000 lumens
    8 - flood+spot 400 & 400 lumens
    9 - flood+spot 1000 & 1200 lumens


Par Groupe Auscitain de Spéléologie - Publié dans : Spéléo
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 1 novembre 2014 6 01 /11 /Nov /2014 15:40

Ou les pérégrinations de deux gersois perdus dans les lapiaz vers le col d'Insole (ou d'Annaye)

Nous partons de feu le refuge de Bellagua (quelle tristesse !) pour une randonnée dans le plus beau et le plus sauvage coin du massif de la Pierre Saint Martin.

Le GR12 longe tout d'abord la rive gauche du rincon de Bellagua en dessous duquel coulent les eaux du BU 56. La marche est agréable tantôt en sous bois tantôt sur des prairies.

Au bout de deux heures trente de marche, nous nous écartons du chemin pour aller voir une grande grotte dans les falaises sur la gauche. Perdu ! ce n'est qu'un abri sous roche.

Au delà nous distinguons des marques rouges et blanches que nous rejoignons et suivons pendant un grand moment... Re perdu les marques sont en fait ORANGE et blanches (!!!) et balisent une petite boucle qui passe près de l'UK 171 exploré il y a peu. Nous revenons à la grotte et remarquons que le GR (le vrai) tourne franchement à droite juste avant la grotte.

f au loin anialarra

Les crêtes d'Anialarra au loin

Deux heures plus tard nous surplombons la Hoya del Portillo de Larra. Le panorama est à couper le souffle ! Nous sommes seuls dans cette immensité où se cotoient blanc étincellant des lapiaz et vert déjà un peu fané des prairies.

g Panorama du GR12

h aquatique Ukerdi

Peu avant le descente vers la Hoya del Portillo de Larra

Après être descendus dans la Hoya , nous passons près de l'A60 - un affluent du BU56 - nous attaquons la longue et pénible traversée à travers lapiaz vers le col d'Insole. Par endroits le lapiaz est tellement acéré que je suis contraint de porter Croll, mon fidèle compagnon à 4 pattes.

j sur les hauts de la Hoya

La Hoya en contre bas

l la butte caractéristique d'ukerdi

La butte caractéristique d'Ukerdi arriba. Ici commence l'enfer !

A environ 30 minutes du col nous choisissons un super coin pour bivouaquer sous des falaises de plus de 200 m.

q bivouac 3 falaises

Falaises au dessus du Bivouac

q bivouac 4 au matin

Au petit matin les duvets sont recouverts de givre. La nuit a été longue (le jour se couche tôt et se lève tard en cette saison) et nous décidons de partir avant le lever du jour pour profiter des premiers rayons au col d'Annaye.

w premières lueurs

Les couleurs matinales sont encore une fois les plus belles.

s au matin

Nous attaquons la longue descente vers Bellagua. Les lapiaz d'Ukerdi sont vraiment les plus beaux du massif ! Combien de gouffres se cachent encore dans ce désert de Pierre ?

Bref passage près de la Sima 1748: Soupir ! c'était en 1980 et nous avions exploré cette incroyable cavité et son "glaçon géant " de près de 200m de haut. ça doit être ces 34 ans passés qui pèsent autant sur mon dos !!!

z dernier sous bois avant le pré qui tue

Nous revoici donc en terre connue, bientôt les sous bois, le "pré qui tue" que pour une fois on ne remontera pas et enfin là bas au loin, le refuge en ruine de Bellagua, chargé de tants de souvenirs et dont la grande salle résonne encore de nos rires d'alors . Putain , on avait 20 ans !!!

Bref passage sous les falaises abrittant la grotte de l'ours et son puits géant de 350m et enfin enlever les pompes de montagne, se coucher dans l'herbe et déguster une bonne bière dont on rèvait depuis longtemps ! Qu'est ce qu'elle est belle la vie !

Sûrement la plus belle rando du massif. On y fait de la spéléo sans même descendre sous terre !

Mais long, très long : Bellagua - Hoya del Portillo de Larra 13.6 km, Hoya - col d'Insole 3.4km, Col - Bellagua 9.9 km.

Par Groupe Auscitain de Spéléologie - Publié dans : Sorties du mois
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 28 octobre 2014 2 28 /10 /Oct /2014 10:51

Nous nous retrouvons dès le vendredi soir au chalet du bracas pour préparer les explos du 25 et 26 octobre.

Trois équipes seront constituées, deux pour le C214 et une pour le C243.

Dès le samedi matin tôt tout le monde est sur pied.

La Sima de la Niebla (C214) suite...

Régis, Thibault, et Jean forment la première équipe qui va descendre à -410m pour déséquiper la zone profonde de la cavité jusqu'à -312m. Ils ont du taff car ce n'est pas une partie de plaisir .

Serge et Joël forment la deuxième équipe qui doit poursuivre la désobstruction du méandre de -312m.
D'après les infos de l'explo précédente le travail de désobstruction à faire était relativement rapide, et la première ést là, à partager avec l'équipe du fond qui remontent le matos.

Arrivé au méandre, le chantier est tout autre. Il a fallut employer beaucoup de moyens percutants pour tailler le passage qui a enfin permis au plus mince de passer pour voir la suite. Après avoir descendu un ressaut 6m il est arrivé sur la lèvre d'un puits de 30m environ. Ayant vidé les deux  accus de la Hilti nous avons stoppé là. Le courant d'air est bien présent nous montrant la voie à suivre.

La suite sera pour la prochaine fois, après avoir fait les aménagements de confort pour que tout le monde puisse passer.

La sima de los Cairns (C243). 

Plusieurs objectifs pour cette équipe constituée d'Alain, Christian (dit le beauf) et Patrick (dit kiki) .
D'abord le méandre de -110m qui aurait pu donner sur une nouvelle serie de puits . escalade réalisée, progression sur une dizaine de mêtres jusqu'à un très vaste et très esthétique puits remontant qui saligne avec le P 53 terminal formant un puits de près de 100m de haut. Ensuite ils filent au font du gouffre à -181m pour fouiller toute la zone qui est barrée par une méga trémie.
Escalade de 8m donnant sur un nouveau ruisselet et (encore) des puits remontants, fouilles systhématiques de la zone dans le broyage : rien ne passe sauf le courant d'air ponctuellement violent ... 
Les espoirs de trouver la suite pour rejoindre plus bas  le C214 en aval sont de plus en plus minimes. Seule une désob en hauteur dans la trémie à l'Ouest de la base du P53, là où a été ressenti un bon courant d'air aspiré méritera d'être envisagée.


Par Groupe Auscitain de Spéléologie - Publié dans : Spéléo
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 15 octobre 2014 3 15 /10 /Oct /2014 17:11

Ayé ! Spéléologie en Gascogne est bouclé, imprimé et mis en vente.

livre couv

livre sommaire

 

Il ne reste plus qu'à...    l'acheter !

212 pages dont 110 en couleur en format 21 - 29.7, 121 cavités de rève (plus ou moins), des topos, des photos, de l'archéo, des récits d'explo.... Bref de la spéléo quoi !

 

17 Euros et il est à vous. Chèque à l'ordre du CDS32

Contacts :

alainbressan@orange.fr

joel.danflous@wanadoo.fr

pa.proust@neuf.fr

Par Groupe Auscitain de Spéléologie - Publié dans : Vie du club
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 15 octobre 2014 3 15 /10 /Oct /2014 15:05

3 équipes se partagent les tâches dès le Samedi matin :

- Charlotte, Régis et Thibault au fond à -400.

Régis atteint la lucarne qui absorbe le courant d'air mais dans un conduit remontant. Pas bon ça... D'autant plus qu'on a d'autres objectifs.

- Véro, Papou et Le beau'f attaquent le faux fossile à -312 et s'arrêtent sur un ressaut de 6m qu'il ne peuvent descendre faute de matos. C'est con parceque plus loin se fait entendre un très gros écho !!! La suite est par là à n'en pas douter.

- Pascal, Mickey et Alain s'occupent quant à eux du C243.

2

Le méandre après le puits des 55 chandelles

3

Pascal en haut du P53

Au bas du P53 à -180, une nouvelle lucarne est repérée à 4m du sol de la petite galerie active.

Après une brève désobstruction, Pascal débouche à la base d'un nouveau gros puits remontant où arrive un nouvel actif. Une nouvelle escalade de 7/8m ne débouchera que sur des conduits remontants, dommâge ...

4

Un méandre à -110 qu'i faudra examiner de plus près

La lucarne de -181 où Véro s'était engagée cet été est élargie et équipée. Il ne restera plus qu'à dégager un gros bloc coincé en hauteur pour accèder à un conduit plus large. On a l'air de quitter la grosse faille du P53 car les parois re-deviennent compactes. Le courant d'air est également présent et aspiré.

5 à -128

Le Dimanche , petite virée jusqu'au trou du sentier sur Ligolette. Véro y descend et remarque le bruit d'un petit écoulement en dessous du terminus. Découverte d'un nouveau trou dans les pentes herbeuses non loin du trou du sentier.

Le lundi, départ pour Ukerdi du refuge de Bellagua qui est dans un piteux état !

Objectif, aller voir l'UK 171 où Mickey et Joël avaient entendu un fort écho vers -50.

Le sentier d'accès emprunte le GR 12 sur les trois quarts de l'itinéraire. Le cheminement n'est pas très pentu et sous une belle hêtraie. Par contre en quittant le GR au niveau d'un petit col, il faut jouer les sangliers à travers le bartas pour rejoindre une rampe d'éboulis sous de belles tables lapiazées qui nous mène en moins de 10 mn à l'entrée étroite du gouffre.

Optimistes comme à l'accoutumée, on a apporte une corde de 100m pour explorer le puits où il y a le gros écho ...

UK171

Le gouffre, très esthétique descend en trois sauts jusqu'à un méandre hyper étroit. Au delà l'écho est phénoménal ! Mais le boulot de désob est énorme.

5 mètres au-dessus dans l'axe des puits, un autre méandre souffle un très fort courant d'air.

Trois tirs nous permetent de descendre d'un cran mais la aussi, le méandre est très étroit et le chantier trop important.

Retour à la voiture en 1h30 de marche très agréable. Ce secteur de la Pierre est vraiment magnifique et propose de superbes randos.


Par Groupe Auscitain de Spéléologie - Publié dans : Spéléo
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés