Lundi 30 juin 2014 1 30 /06 /Juin /2014 08:27

Samedi 28 JUin. Départ à 7h30 dès l’arrivée d’Alain G dit « La Grésille ».

approche à 7h30

L’approche est toujours aussi belle et nous sommes à l’entrée 45 mns plus tard. La zone des pertes est encore sous un gros névé. Ca promet d’être assez humide d’autant plus que la perte supérieure (C249) absorbe un ruisseau de 7/8 litres par seconde…

zone des pertes

La zone des pertes sous la neige. La Niebla est en haut du névé à droite

perte sup 2

La perte supérieure (C249)

Très vite nous nous retrouvons en haut du P90. La bâche n’a pas bougé et remplit toujours son rôle de déviateur pour le ruisselet. Nous laissons la nouvelle bâche que nous avions préparé la veille en haut du puits.

P90 2

Dans le P90. Incroyables canelures...

P90 4

L'avant dernière goulotte.

La corde est réinstallée et vers 9h30 nous sommes à la base des puits. Le puits parrallèle à -160 retombe bien dans la galerie des glaces mais comme c’est plus étroit nous laissons tomber l’option ré-équipement. On placera plutôt une nouvelle bâche en haut du dernier cran arrosé.

nid 1

Les futurs chocards 2014 dans le P40

Dans la galerie nous vérifions les visées qui nous semblaient bizarres et nous constatons qu’il y a bien eu une erreur d’azimut sur 3 visées : la galerie est bien rectiligne jusqu’à la « Sallerie ».

Dans celle-ci nous constatons que le plus gros débit vient du grands puits remontant.

Ajouté à celui de notre petit ruisseau, on arrive à environ 10/15 litre/seconde. Et tout ça se jette dans le méandre que nous projetons d’explorer. Ambiance canyon assurée !!!

Et c’est parti pour la première ENFIN !!!

ressaut

Au bas du premier ressaut le ruisseau emprunte le méandre assez étroit. Nous décidons de monter vers un gros vide sur la droite.

fossile2

Le "fossile" (pas le spéléo le conduit !!!)

6m plus haut nous découvrons un nouveau méandre fossile avec beaucoup de courant d’air mais qui devient étroit au bout de 20m environ.

Retour vers le méandre actif où Boubou est déjà en train d’équiper un nouveau ressaut de 6m.

ressaut 3 2

A sa base de 3m de diamètre le ruisseau - plus bruyant qu’un troupeau d’espagnols - dégringole de petits crans de descente en re-devenant étroit.

ressaut 3

Au-dessus nous remarquons une arrivée de méandre, sûrement celui de l’escalade du début…

Le ruisseau emprunte une partie rectiligne et assez étroite et visible sur une dizaine de mètres et orientée plein Nord. Le courant d’air y est très violemment aspiré.

C 214 2013 coupe copie

Nous décidons d’arrêter en ce point car les orages sont prévus pour la fin d’après midi.

Régis propose de tenter de forcer le passage étroit pour aller voir si ce passage n’est que ponctuel et la désob facile. Ca sera pour la prochaine fois avec un peu moins d’eau et une météo plus sereine…

ressaut 1

ressaut 1 2

Remontée pépère et arrivée au chalet en même temps que les premières gouttes de pluie.

Capture

Le lendemain direction Ste Engrâce et la Verna pour en finir avec la dernière escalade de la zone du « Menhir ».

 

Bon, et bien c’est bien terminé ! Il ne reste plus qu’à déséquiper dès que les scientifiques seront aller examiner cette incroyable zone…

Par Groupe Auscitain de Spéléologie - Publié dans : Spéléo
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 26 juin 2014 4 26 /06 /Juin /2014 08:20

Thibault et Marc entrent dans la résurgence à 9h45, conscients que la journée ne va pas être rose ! Ils vont en effet topographier la dernière partie du ruisseau souterrain, un infâme laminoir de plus de 300 mètres de long menant au siphon terminal.

Ils amènent un ARVA qui sera positionné en position « émission » en haut de la cheminée remontante à proximité immédiate du siphon terminal. Les essais se feront à heure fixe à 14h00 et 15h00.

Pendant ce temps, Alain est à la perte de La Bourdette. Il entame la désobstruction de la doline la plus Orientale qui se trouve au-dessus du siphon.

Plus de 1m3 de blocs sont déplacés, la barre à mine s’enfonce facilement dans la terre et semble déboucher dans le vide. C’est gagné, mais l’ouverture de cette troisième entrée sera pour la prochaine fois. Elle permettra, soit de shunter le siphon terminal de la perte, soit de le vider afin de jonctionner avec l’aval qui, on va le voir, est très proche.

14h00 : Alain allume le 2ème ARVA en position recherche et attaque la prospection du côté de l’ancien gouffre rebouché 80m au Nord de la perte : Aucun signal. Il poursuit alors ses recherches en direction de la doline et à 50m de celle-ci, l’ARVA commence à clignoter et les Bips se font de plus en plus sonores. A 20m le voyant est au rouge et en changeant de mode (à 35m) le point précis est facilement déterminé. Il est 14h15 et mes deux compères sont juste en dessous de moi, 8 mètres plus bas. Le point est matérialisé, il est en plein champ et à seulement 12m de la doline qu’Alain a commencé à désobstruer !!!

Résurgence de Buguet-copie-1

A 15h00, deuxième contrôle ARVA qui confirme la position. A 15h10, plus de signal : Marc et Thibault ont entamé le long retour vers la sortie, heureusement qu’ils ne savent pas encore qu’ils ne sont qu’à 20m de l’entrée de la perte de La Bourdette alors qu’ils devront se taper 1300m jusqu’à la résurgence !

Résurgence de Buguet synthèse

A 17h45 nous nous retrouvons à la sortie et dégustons une bonne bière bien méritée !

Les chiffres de la topo sont immédiatement entrés dans le logiciel et le résultat tombe : pour la résurgence 1435m de développement pour un dénivelé de 28 mètres. Cette cavité devient la plus importante du département du Gers devant la grotte de Sinaï et ses 1100 mètres.

 coupe avec profil de surface

Reste à jonctionner avec la perte de La Bourdette qui ajouterait 50m au développement et qui surtout, permettrait une traversée hors du commun de près de 1500 mètres.

Par Groupe Auscitain de Spéléologie - Publié dans : Spéléo
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 23 juin 2014 1 23 /06 /Juin /2014 09:08

Samedi 7 juin : 

En voiture Simone pour partir de chez Betty et Alain à 7h du mat avec Thibault, Camille et Max. nous retiendrons cette ponctualité de départ et en avant pour prendre la route !

On s’arrêtera premièrement à Ovieto pour faire une via ferrata afin de se dégourdir les pattes et ainsi effectuer une petite mise en jambe pour la semaine qui s’annonce sportive.

333

Ravitaillement oblige, on s’arrête à Barbastro remplir les caddies et dévaliser les rayons fruits et légumes, euh… plutôt bières car il fait chaud en Espagne !!

En arrivant sur rodellar on prend place dans la maisonnette du camping « EL Puente » qu’on gardera 2 nuit puisque les bungalows etaient tous occupé en raison du week-end de pentecote. Régis et Carine arrivent plus tard très attendus de leurs collègues canyonneurs. On a vite pris nos repères dans les lieux en s’étalant sur la murette pour profiter un maximum du magnifique cadre qui nous entoure.

411

 Dimanche 8 juin : 

Dring dring !! Réveil 5h et 6h du mat’ tout le monde en marche pour prendre le canyon de « Las Cochas » en cherchant le chemin vers un fameux plateau herbeux et un muret, le chemin n’étant pas très clair ne nous a pas empêché à attaquer le canyon un peu sec qui nous permet de rejoindre « El Mascun » avec un dernier rappel de 70m dont 40 plein pot.  Pour une expédition d’une durée totale de 13h45. Comment vous dire qu’on était tous un peu fatigués après cette magnifique journée. Retour par la via feratta…

351

Lundi 9 juin : 

Déménagement et mise en place dans le bungalow le matin

Escalade l’aprem

401

Mardi 10 juin : 

Formiga + gorgonchon

357

Mercredi 11 juin : 

Obscuros de balces

Arrivé de Marc et sabine

Jeudi 12 juin : 

Gorgas Negras

Vendredi 13 Juin :

Ce jour- là c’est le départ de Thibault betty alain regis et carine nous sommes donc plus que quatre.

Apres une petite partie de pétanque nous partons visiter une belle ville médiévale d’Alquezar qui est proche du Rio Véro, une rivière ou des canyons sont à faire.

alq

Samedi 14 juin : 

Peonera

Dimanche 15 Juin : 

Dernier jour et grand rangement pour le retour au pays du canard ! N’étant pas pressé de partir marc nous a conduit sur un petit itinéraire afin de passer par des routes avec de superbes paysages pour profiter jusqu’au dernier moment de ce dépaysement. Un petit casse-croute et c’est le retour en France !

 

 

 

Par Groupe Auscitain de Spéléologie - Publié dans : Canyons
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 22 juin 2014 7 22 /06 /Juin /2014 18:18

Ici :

https://www.youtube.com/watch?v=_Rw4NziiSP4&list=UUFEZJBu4AvsYe3IFNoF_xwQ

 

Par Groupe Auscitain de Spéléologie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 16 juin 2014 1 16 /06 /Juin /2014 21:22

Jour 1 :

On va démarrer par une via ferrata un peu spéciale sur la route de Barbastro : Seul le cable est en place et il faut utiliser le rocher faute de barreaux. 200m plus haut la vue est très belle sur le canyon truffé de voies d’escalade. Descente par le beau village d’olvena

Le camping étant complet, on nous recase dans les appartements à Rodellar, le grand luxe !

Jour 2 :

On va commencer petit : Os Cochas + si tout va bien l’intégrale du Mascun…

Levé 5h30 « à la fraiche ». Départ de Rodellar vers le hameau de Cheto. Le sentier est très sympa mais le canyon d’Os Cochas (un des derniers ouverts) n’est pas du tout balisé ! Heureusement qu’on a consulté les forums avant de partir…

os cochas1

Le premier rappel de 35m

Deux heures trente plus tard on s’engage dans un canyon sec dont les premiers ressauts se desescaladent. La progression est pour le moins « épineuse » et c’est avec un grand OUF de soulagement que nous arrivons sur le premier ancrage constitué de 2 goujons de 12, c’est bien le bon canyon !

arrivée dans mascun

L'arrivée dans Mascun

La suite ce n’est que du plaisir avec un dernier jet somptueux de 70m (en 2 rappels) nous déposant au cœur des obscuros du Mascun.

Carine et Betty se posent au soleil tandis que nous remontons le Mascun.

Nous croisons une foule de canyonistes effectuant la descente »normale ». La plupart , étonnés de nous voir à contre sens, nous demandent s’il y a un problème en aval…

jonction mascun

Au bas les cascades de Peña de guara nous empruntons un canyon sec rive gauche qui nous amène sur une large vire après quelques escalades faciles. Cette belle vire nous conduit rapidement au départ du Mascun sous la cascade du « saltador de las llanas » rive droite la vire se poursuit pour reloindre le départ du canyon Raisen.

Nous profitons alors pleinement de la descente du canyon qui est bien en eau.

mascun

Nous rejoignons rapidement les filles et poursuivons tranquillement la descente malheureusement freinée par des groupes pas très rapides , c’est le moins qu’on puisse dire.

On terminera cette longue journée par la remontée sur Rodellar par la via ferrata de la Virgen.

Nous arrivons à l’appart 14h00 après notre départ ! pour un premier canyon …

Pour ma part j’arrive en boitillant, mes pieds ont morflé grave ! En fait j’ai fait une grosse connerie : Si ca peut servir : Ne pas mettre de chaussettes coton sous les chaussons néoprène, surtout s’il y a beaucoup de marche dans l’eau ! Ca attire les ampoules… Les miennes sont monstrueuses ! Pas bon pour la suite du séjour.

Jour 3 :

Canyon du Formiga. Toujours aussi beau ce petit canyon, en plus le débit est parfait.

siphon 1 du formiga

Le premier siphon dans le Formiga

Comme prévu mes pieds me font souffrir et je me traîne lamentablement en queue de peleton, je suis devenu le boulet du groupe ! Je manque même de me faire doubler (honte suprême) par des espagnols… La douleur extrême m’empèche de profiter comme à l'acoutumée de ce superbe canyon ludique.

Canyon du Gorgonchon : Encore plus beau que le précédant ! Avec un débit pareil c’est que du bonheur. Même Régis bat des records de vitesse en natation…

gorgonchon1

Dans les remous du Gorgonchon

Moi je rentre à regret au camping pour panser mes plaies.

gorgonchon 2

Au retour des tétards, partie de pétanque « tout terrain » au camping del puente.

Jour 4 : Escalade au secteur « la fuente »

Deux 5c, un 6a et un 6a+ patiné qui s’est transformé en 6c.

Jour 5 :

Obscuros du Balcès.

balces 1

Là encore le gros débit donne une saveur particulière à ce court mais très beau canyon.

balces 2

Jour 6 :

Gorgas Negras + Barazil : Le seigneur des lieux !

Nous partons à 5h00 ce qui nous permet d’arriver aux abords de Nasaré à 7h00.

gogas1

Le débit est de plus du double de la normale. La descente est comme toujours un vrai régal sans aucun temps mort.

gorgas2

A la cascade de 12m, nous sommes contraints de planter un spit car les amarrages ont été arrachés…

gorgas3

gorgas4

gorgas5

Au Barazil, Sabine, Betty et Marc rentrent par le sentier.

Nous continuons par l’actif et alors que nous abordons le grand chaos, un fort orage éclate !

Il ne faut pas trainer dans ses contrées car une vague de crue dans ses étroits serait à coup sûr mortelle !!!

C’est avec grand soulagement que nous arrivons au grand bief sous une pluie battante. Nous sommes sauvés ! Retour pépère jusqu’au pont du camping, notre ballade aura duré 12h00 et coûté une entorse de la cheville à Carine.

Jour 7 :

Ballade à Alquézar

Jour 8 :

Estrechos de Fornazos à la Péonéra.

guara

Gros gros débit dans ce superbe canyon mais heureusement une eau très claire.

Cette fois ci c’est Sabine qui ce fait une entorse au genou !!!

Un très beau séjour en sierra de Guara mais trois blessés ! C’est pas courant pour nos sorties canyon. La prochaine fois on fera mieux c’est promis

Participants : Betty, Camille, Carine, Sbine, Alain, Marc, Maxime, Régis, Thibault.

 

 

Par Groupe Auscitain de Spéléologie - Publié dans : Canyons
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés