Areng, un géant en gestation dans le 65

Publié le par AmalgamExplo

Le puits de l'Echo de 58m. Photo Patrick

Le puits de l'Echo de 58m. Photo Patrick

Lundi 27 Septembre, je retrouve Sandrine et Patrick chez Christine et Gus à Loure-Barousse.

Au programme le lendemain, la poursuite de la topographie du gouffre du Pic d’Areng que nous avions effectuée avec Jean-Noël jusqu’à -332 il y a 2 ans.

Les trois compères Sylvain, Jean-Noël et Gus sont en effet enfin venus à bout du méandre débutant peu après le terminus des premiers explorateurs menés par Jacques Jolfre en 1965 et que ce dernier avait côté -350 (-377 en réalité). Le méandre donne dans un puits de 11 m (le puits de la délivrance) débouchant sur le nouveau méandre qui a pris beaucoup d’ampleur. Ils se sont arrêtés sur un nouveau cran de descente d’une vingtaine de mètres de hauteur.

Dimanche 28 :

Départ de chez Gus à 7h00. Une heure de route puis de piste plus tard, nous sommes au départ du sentier d’accès au gouffre.

Dès le départ, le ton est donné, on va en prendre plein les yeux.  Photos Patrick
Dès le départ, le ton est donné, on va en prendre plein les yeux.  Photos Patrick
Dès le départ, le ton est donné, on va en prendre plein les yeux.  Photos Patrick

Dès le départ, le ton est donné, on va en prendre plein les yeux. Photos Patrick

Les couleurs matinales sont splendides et nous progressons à flanc de montagne tantôt sur des sentes de brebis, tantôt sur des sentiers plus marqués. Le pic d’Areng est bientôt en vue. L’entrée du gouffre est 70 mètres sous son sommet et un ultime « tapet » nous y conduit, il est 9h15.

Le gouffre souffle un bon courant d’air. Les très beaux puits s’enchaînent rapidement. Nous en profitons pour filmer l’intégralité de la descente avec ma Gopro et un phare « chinois » de 18000 Llumens (à l’essai).

Sylvain et Gus, les deux explorateurs les plus assidus.
Sylvain et Gus, les deux explorateurs les plus assidus.

Sylvain et Gus, les deux explorateurs les plus assidus.

Les premiers petits puits et le départ du puits de l'Echo (58m) photos Patrick et Alain
Les premiers petits puits et le départ du puits de l'Echo (58m) photos Patrick et Alain
Les premiers petits puits et le départ du puits de l'Echo (58m) photos Patrick et Alain
Les premiers petits puits et le départ du puits de l'Echo (58m) photos Patrick et Alain

Les premiers petits puits et le départ du puits de l'Echo (58m) photos Patrick et Alain

Nous croisons les trois départs restants à topographier, ça sera fait à la remontée, et très vite nous arrivons à notre dernier terminus topo.

Nous faisons la topo à trois : Gus à la mire, Patrick au disto X et moi à la prise de notes et au dessin.

Ca avance hyper vite et nous arrivons très vite au bivouac sur hamacs de nos amis. Ce dernier est situé juste avant le terminus de l’équipe de Jolfre balisé par les gravures des noms des trois premiers explorateurs.

Les longues main courantes pour éviter les chutes de pierre. Photos Patrick et Sylvain
Les longues main courantes pour éviter les chutes de pierre. Photos Patrick et Sylvain
Les longues main courantes pour éviter les chutes de pierre. Photos Patrick et Sylvain
Les longues main courantes pour éviter les chutes de pierre. Photos Patrick et Sylvain

Les longues main courantes pour éviter les chutes de pierre. Photos Patrick et Sylvain

Des puits magnifiques du début à la fin. Photos Sylvain, Patrick et Alain
Des puits magnifiques du début à la fin. Photos Sylvain, Patrick et Alain
Des puits magnifiques du début à la fin. Photos Sylvain, Patrick et Alain
Des puits magnifiques du début à la fin. Photos Sylvain, Patrick et Alain
Des puits magnifiques du début à la fin. Photos Sylvain, Patrick et Alain
Des puits magnifiques du début à la fin. Photos Sylvain, Patrick et Alain
Des puits magnifiques du début à la fin. Photos Sylvain, Patrick et Alain

Des puits magnifiques du début à la fin. Photos Sylvain, Patrick et Alain

Ici commence le méandre étroit qui a été aménagé sur près de 100 mètres ! Un vrai boulot de titans.

Un gros écho se fait entendre peu avant d’arriver à un cran de descente de 11 m : Le puits de la délivrance.

Au bas de ce dernier, le méandre prend des allures de galerie avec près de 4 mètres de large sur 20 m de haut.

Le ruisseau qui nous accompagne depuis un moment a creusé une sorte de petit canyon étroit qui zigzague jusqu’à un nouveau cran de descente malheureusement trop étroit. Dans l’axe du vaste méandre une brève montée nous conduit à un coude à 90° et le « méandre-galerie » prend une nouvelle orientation plein Ouest. Nous notons la présence de gros remplissages et un changement de roche, celle-ci devenant très claire avec une texture proche du grès.

Nous sommes arrêtés par un nouveau cran de descente où nous effectuons une dernière visée de 17 mètres. Le volume au bas de cette visée semble important et divisé en deux étages distincts. Vivement les résultats des prochaines explos !

Je calcule rapidement la somme des visées ce qui nous donne une profondeur approximative de -410 pour un développement de plus de 700 mètres.

Le bivouac à -370, les inscriptions des inventeurs, le méandre et le fond actuel à -402 au bas du puits de la délivrance
Le bivouac à -370, les inscriptions des inventeurs, le méandre et le fond actuel à -402 au bas du puits de la délivrance
Le bivouac à -370, les inscriptions des inventeurs, le méandre et le fond actuel à -402 au bas du puits de la délivrance
Le bivouac à -370, les inscriptions des inventeurs, le méandre et le fond actuel à -402 au bas du puits de la délivrance
Le bivouac à -370, les inscriptions des inventeurs, le méandre et le fond actuel à -402 au bas du puits de la délivrance
Le bivouac à -370, les inscriptions des inventeurs, le méandre et le fond actuel à -402 au bas du puits de la délivrance

Le bivouac à -370, les inscriptions des inventeurs, le méandre et le fond actuel à -402 au bas du puits de la délivrance

Rapide retour au bivouac où nous cassons la croûte avant d’attaquer la remontée et topographiant successivement une lucarne donnant sur un méandre à élargir vers -260, un affluent rive droite amenant la majeure partie de l’actif et se terminant par une trémie à -240, un affluent rive gauche terminé sur puits remontants à -200, et un petit méandre près de l’entrée en haut du P58.

Les aménagements, les remplissages de -400 et quelques fossiles. Photos Sylvain et Patrick
Les aménagements, les remplissages de -400 et quelques fossiles. Photos Sylvain et Patrick
Les aménagements, les remplissages de -400 et quelques fossiles. Photos Sylvain et Patrick
Les aménagements, les remplissages de -400 et quelques fossiles. Photos Sylvain et Patrick
Les aménagements, les remplissages de -400 et quelques fossiles. Photos Sylvain et Patrick
Les aménagements, les remplissages de -400 et quelques fossiles. Photos Sylvain et Patrick
Les aménagements, les remplissages de -400 et quelques fossiles. Photos Sylvain et Patrick

Les aménagements, les remplissages de -400 et quelques fossiles. Photos Sylvain et Patrick

Nous sortons à la tombée de la nuit avec une mer de nuage jouant avec les sommets alentour. Qu’est-ce qu’on est bien !  si on s’écoutait, on profiterait bien du spectacle… Mais il reste environ une heure de marche pour le retour à la voiture. Nous la retrouvons avec une fin d’approche à la frontale. Il est 22 h30.

Christine est allée chercher des champignons et nous fais déguster sa cueillette de cèpes de Bordeaux ! Elle est pas belle la vie ???

Le lendemain aux aurores, je rentre les visées sur Dptopo et le résultat est immédiat : Profondeur -416 m, développement total 825 m. Le terminus est pratiquement sous le sommet du pic d’Areng et l’orientation de la dernière visée est droit vers les cabanes de Jezeau, donc Ardengost et … Le gouffre des Charentais. Un futur gouffre majeur des Hautes Pyrénées est en train de se dessiner !

Une bien belle journée topo dans un splendide gouffre très vertical. Le gouffre est entièrement broché (près de 80 broches), les éboulis qui faisaient la réputation dangereuse du gouffre ont été sécurisés par de larges grillages « piège cailloux »,     le méandre de-377 a été calibré pour une progression « confort ».

Bref, chapeau bas aux explorateurs qui sont enfin récompensés de leurs efforts.

La suite très bientôt.

Pour finir en beauté ! photos Patrick et Alain
Pour finir en beauté ! photos Patrick et Alain
Pour finir en beauté ! photos Patrick et Alain
Pour finir en beauté ! photos Patrick et Alain
Pour finir en beauté ! photos Patrick et Alain
Pour finir en beauté ! photos Patrick et Alain

Pour finir en beauté ! photos Patrick et Alain

Topographes et topographies
Topographes et topographies
Topographes et topographies

Topographes et topographies

A voir le CR de Patrick sur le blog des Tachous (GSHP) 

et la vidéo de la descente filmée par Alain 

 

Areng, un géant en gestation dans le 65
Areng, un géant en gestation dans le 65
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
arriver dans le Charentais ! ce serait fou et génial !!
Répondre
A
Oui et en plus, en passant par là, il n'y aura JAMAIS de porte blindée, n'en déplaise à l'autre con ... :-)