XENDAKO le magnifique

Publié le par AmalgamExplo

Xendako Ziloa . Le Trou du Sentier

Description succinte :

En 2017, Amalgame décide d’attaquer sérieusement l’élargissement de ce gros trous souffleur s’ouvrant sur les pentes Est d’Utzigagna juste au-dessus du ravin d’Othézouritzé.

L’entrée de 0.80m de diamètre donne accès à une galerie inclinée se terminant sur une étroiture où le courant d’air violent est particulièrement impressionnant. Là commence « la mine » et une invraisemblable série de désobstructions.

Une cinquantaine de mètres plus loin, nous descendons un ressaut de 2m vers la salle des chailles. Un puits de 10m est descendu, immédiatement suivi par un ressaut de 4m. Ici se poursuit « la mine » avec la « fissure de Sisyphe » sur une cinquantaine de mètres de plus jusqu’à un inattendu virage à 90° sur la droite. Un bref ramping dans le moonmilch nous conduit à de nouveaux petits ressauts dont le dernier, de 6m, nous dépose au départ d’un puits très profond.

Le puits mesure 81 m et une paroi de sa base de 15m de diamètre est percée par une grande galerie déclive se divisant rapidement en deux branches distinctes apportant de grandes quantités de sédiments. Sûrement d’anciennes pertes sous-glacières près du ravin d’Othézouritzé.

La base du P81 est percée d’un nouveau puits de 61m débouchant sur un méandre géant de 4m de large sur 55mètres de haut. Ce méandre grandiose est parcouru sur une cinquantaine de mètres jusqu’à un coude à gauche où il n’est poursuivi que par une fissure minuscule absorbant le petit filet d’eau et le courant d’air devenu très discret. Nous sommes ici à -196m.

A la base du P81, une traversée plein Ouest au-dessus du P61 conduit à un puits de 22m surplombant « la géode » , une petite salle très richement concrétionnée qui est percée par deux puits profonds de 43m qui rejoignent le méandre géant du bas du P61.

Au départ du P81, un pendule vers le Nord-Ouest et une traversée acrobatique conduit sur la lèvre d’un puits immense dont la base  72m plus bas n’est autre que la base du P81. Nous sommes au puits « Tubular Bells » Une visée à accroché le haut de ce puits 35m plus haut. Un trou souffleur en surface est situé juste au-dessus du grand puits. Il devrait nous revoir très bientôt car une entrée par ce gouffre serait vraiment grandiose et, en plus, nous éviterait les 100 mètres de contorsions diverses dans la « mine ».

Dans l’axe de l’arrivée à ce gros puits, on distingue un départ de méandre précédé d’un ancien plancher qui s’est partiellement effondré. Nous changeons ici radicalement de cavité pour entrer dans une cavité qui a l’air beaucoup plus ancienne. Le méandre est très concrétionné et son sol est constitué de sable fin.

Le premier ressaut de 4m se désescalade facilement et précède deux nouveaux puits de 8 et 9m. Ici le gouffre effectue un virage à pratiquement 180° jusqu’à un nouveau puits de 10m.

De son sommet, une escalade facile plein Ouest puis Sud-Ouest conduit à un passage bas et ventilé. Nous sommes au « boyau de l’Egyptien Anorexique » qui a dû être aménagé.

Un rapide ramping conduit sur le haut d’une rampe inclinée à 50/55°  qui se descend sur 30 m et qui précèdet un vaste puits de 28m. Au bas de ce puits, nous sommes dans une vaste salle de 30mX12m (la salle du GESA) dont l’extrémité NO est percé d’un très esthétique méandre parcouru par un ruisselet.

Nous suivrons ce méandre très tortueux sur une cinquantaine de mètres jusqu’à un premier puits de 13m immédiatement suivi d’un autre de 18m. Au-delà la progression se poursuit dans le beau méandre très vite percé par le vaste puits des 5 de 45 m, deux petits puits de 6 et 20m suivent jusqu’au terminus topo de cette branche à -266m. En dessous s’ouvre un très grand puits qui a été descendu sur 60 m, arrêt en bout de corde et sondage sur 40 m de plus. La topographie montre l’alignement parfait avec le puits Juini du Maria Dolorès amont. Une future et très belle nouvelle jonction en perspective donc.

Dans la rampe concrétionnée après le boyau de l’Egyptien Anorexique s’ouvre un nouveau puits donnant sur un méandre ventilé orienté plein Ouest. Arrêt sur « rien » dans cette branche. Le départ de ce méandre est percé par un puits actif de 46 m qui retombe dans la grande salle et qui est l’amont du grand méandre.

Retour au puits de 10m après le virage à 180° du méandre de départ.

Le méandre s’enfonce progressivement plein Est avec des puits de 6, 7, 6, 8, 10 et 12m. Au bas de ce dernier puits, une escalade devra être réalisée jusqu’à la base d’un puits de 15m de diamètre dont le côté opposé est percé par une galerie. Une visée a été faite vers le haut sur 50m.

A la base du P12, nous sommes à l’entrée de la sallaMax.

  • En poursuivant plein Est, on arrive au puits du Pli de 28m. Le fond à -181m devra être élargi afin de descendre un nouveau puits de 5/6m.
  • Vers le NE, nous descendons deux puits de 14 et 15m. Une brève remontée dans l’axe du dernier puits conduit à un nouveau méandre orienté NO et rapidement percé d’un P23.

Très vite, nous arrivons au puits des 7.0 de 56m. A sa base, deux ressauts de 5 et 10m conduisent à un méandre glaiseux qui s’oriente plein Est sur 50m avant de se diriger plein Nord sur 50m de mieux. Arrêt à -261 sur étroiture à élargir avec peu de courant d’air.

Revenons au P56 : 10m avant sa base suivre la corde en traversée vers un gros vide encombré de blocs énormes. Vous voici au « Garde Meubles ». Très gros étage fossile orienté plein Ouest. A son extrémité, une traversée a été équipée. Un nouveau puits a été descendu et donne accès à un méandre parcouru sur 20m jusqu’à la profondeur de -240m. Arrêt « sur rien » dans cette branche prometteuse. Le méandre semble s’enfoncer jusqu’à un nouveau puits et est parcouru par un bon courant d’air.

Peu après la salle du Garde Meubles, une courte escalade conduit à un vaste P32 occupant toute la galerie. A sa base un passage bas précède un étrange méandre très ciselé et dont le sol est recouvert de sable orangé.

Tout au bout, un passage étroit conduit à un vaste puits arrosé de 66m « le brumisateur ». La suite est constituée de puits de petit diamètre de 8, 12, 10, 10 et 22m. Nous sommes à -395m.

La base des puits donne accès à un court passage bas conduisant à une vaste galerie. A son extrémité un méandre étroit donne sur le puits de la jonction. Nous venons de déboucher dans le puits sonore du Maria Dolorès amont.

De la base des puits, un autre méandre très étroit démarre et peut être suivi sur une quarantaine de mètres jusqu’à un ressaut actif de 5m qui n’a pas été descendu. Au départ de ce méandre, on peut remarquer le sosie parfait du puits Juini. Le ruisselet rencontré au bout du méandre étroit semble être le même que celui que nous avions exploré dans la Maria Dolorès au-dessus du dernier ressaut avant la zone des puits remontants. Une nouvelle jonction est à envisager mais ici, il faudra élargir le passage.

Il ne reste plus qu’à descendre le Maria Dolorès amont jusqu’à la galerie Aranzadi, puis la paroi de la Verna jusqu’à la plage des galets à -530m depuis l’entrée de Xendako Ziloa.

Nous venons d’effectuer une traversée très originale d’environ 3kms pour un dénivelé de 530m.

La cavité a un développement de plus de 2300 m topographiés avec plus de 300 m de conduits estimés non topographiés. La profondeur est de -400 au bas du puits de la jonction (traversée par « le Garde Meubles » et le « Brumisateur ». De -383 m  au bas du puits Juini. De -450m à la jonction avec la galerie Aranzadi et de -530 m au bas de l’escalade à la plage des galets de la salle de la Verna.

 

UTZIGAGNA . Ravin d'Othézouritzé

UTZIGAGNA . Ravin d'Othézouritzé

La traversée par le "Garde Meubles"

La traversée par le "Garde Meubles"

Le plan à jour au 24 Août 2021

Le plan à jour au 24 Août 2021

Le boyau de l'Egyptien Anorexique. photos Rémy
Le boyau de l'Egyptien Anorexique. photos Rémy
Le boyau de l'Egyptien Anorexique. photos Rémy

Le boyau de l'Egyptien Anorexique. photos Rémy

En haut du P81 . Photo Vincent
En haut du P81 . Photo Vincent

En haut du P81 . Photo Vincent

Arrivée du Maria Dolorès dans Aranzadi
Arrivée du Maria Dolorès dans Aranzadi

Arrivée du Maria Dolorès dans Aranzadi

Maxou dans "la mine" et l'entrée en hiver
Maxou dans "la mine" et l'entrée en hiver

Maxou dans "la mine" et l'entrée en hiver

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
c'est super .
2 Traversé Via Xendako.
Le top serait de faire la jonction avec le Chipi à partir de la branche à -261
Répondre