La rivière Z… Comme dans Z…ampory …

Publié le par Groupe Auscitain de Spéléologie

Comme  « non prévu » nous nous retrouvons 5 à l’entrée du Z112 -Sima Christophe AUDEZZANO à environ 20minutes de marche de la voiture (nous étions 9 au départ ! ) : Les 2 Serge(s) (Lataps et Puisais), Gustave (un « petit » nouveau à Amalgame), Joël et moi. Mickey nous rejoindra plus tard. Pas de soucis, il y a 5 kits de matos + perfo et massette/burin « au cas où »

Le beau pin qui servait d’amarrage à la découverte du trou (en 1986) s’est allongé sur le sol ! Pas grave , un autre pin, une dévia et je retrouve le spit que j’avais planté il y a 32 ans ! Un coup de taraud et c’est parti vers le gros névé où je me pose 25 mètres plus bas. Une nouvelle dévia et je retrouve la lucarne ventilée vers la suite OUF !!! le passage est libre ! Un bon signe ça car le gros névé aurait pu tout reboucher. Le fort courant d’air (qui est aspiré aujourd’hui) en a décidé autrement et du coup me (nous) voilà rassuré …

La rivière Z… Comme dans Z…ampory …

Rapide descente sur 7 mètres . Le sol est recouvert d’une épaisse couche de glace vive. Bref passage bas dans la trémie qui a eu la bonne idée de nous laisser le passage (premier gros coup de bol, et il y en aura d’autres dans ce gouffre complexe ).

A la sortie de la trémie je retrouve les amarrages du départ de la main courante que j’équipe pour franchir deux puits profonds  qui percent la galerie sur toute sa largeur. Brève remontée en escalade facile et voilà la lucarne vers une petite salle où il ne faut pas descendre.

Ici il faut partir sur la droite et il me faudra ajouter deux amarrages pour équiper une main courante conduisant  à une très étroite lucarne (deuxième gros coup de bol) dominant le « Papé 90 », un splendide P90.

La vire d'accès au P90

La vire d'accès au P90

Lataps prend le relais à l’équipement et je le suis de près , lui indiquant l’emplacement des fractionnements. On ne rajoutera que trois points , histoire de doubler les amarrages de départ (qui ont très bien vieilli).

Une lucarne facilement accessible est repérée et constitue le projet n° 1 d’explo pour cet été.

A 15 mètres du bas du P90 (qui est totalement bouché) , il faut penduler vers une nouvelle lucarne (troisième coup de bol) donnant accès à la suite du gouffre.

Nous voilà devant « le décaloteur » étroiture verticale extrèmement étroite mais heureusement très courte. Ici il me faudra enlever tous mon équipement et l’air de mes poumons ( !!!) pour glisser vers le haut du P30 suivant avec une certaine inquiétude quant à la remontée de ce passage ignoble ! devant moi Lataps est passé avec tout son matos ! Je suis sûr qu’il n’a même pas vu l’étroiture…

Le courant d’air est très présent dans ce rétrécissement et il est aspiré dans le puits suivant : Un magnifique  P30 en cloche à la base duquel le gouffre se divise en trois branches distinctes.

L’une des branches constituera le projet d’explo n° 2 pour cet été car n’avait été que rapidement visitée dans les années 90.

Nous poursuivons l’équipement par la branche NE et nous arrivons à l’ancien terminus du gouffre à -178.

Je ne reconnais pas le départ de l’escalade et Lataps attaque une remontée pensant avoir aperçu un spit . Fausse route (le spit était en fait une tache d’argile rouge) il sera contraint de redescendre après avoir planté un goujon de rappel. Il a quand même repéré , 6/7 mètres plus haut, un départ de galerie faisant suite à un méandre de voûte et qui constituera le projet n°3.

Il faut en fait remonter le dernier ressaut et traverser vers une lucarne cachée pour atteindre le départ de l’escalade donnant accès à la suite du gouffre. En haut de l’escalade, nous retrouvons le maillon de rappel et l’argile rouge caractéristique de la faille que nous n’allons plus quitter jusqu’au fond actuel à -261.

Cette incroyable galerie perchée constitue le « 4ème grand coup de bol » dans la progression on ne peut plus complexe de cette cavité !

Un gros puits (que j’avais à l’époque remonté sur 25 m jusqu’à une galerie colmatée par un conglomérat de galets roulés) marque un changement d’aspect  et le gouffre devient actif en sur-creusant le plan de faille incliné à environ 70° vers le NE. Bref passage étroit en tête de puits et arrêt au bas d’une petite escalade conduisant à une nouvelle lucarne perçant le miroir de faille (5ème coup de bol). Au-dessous les puits se poursuivent jusqu’ à -227 où le ruisselet se perd dans une fissure impénétrable.

Juste après la lucarne et dans le prolongement de celle-ci, une nouvelle lucarne aspire une partie du courant d’air dans une zone très broyée . ça constituera le projet n° 4 pour le camp d’été. Pas très sympa ce secteur mais il ne faut rien négliger.

En dessous, un P28 incliné nous conduit à un passage rapidement impénétrable dans le broyage de la faille toujours présente.

Sur le côté un passage bas ouvre sur une nouvelle suite de puits plus vastes et très esthétiques (6ème coup de bol) 10 m plus bas nous retrouvons le ruisselet  - sûrement celui perdu à -227 – Et nous le suivons jusqu’à -250 où nous sommes bloqués en bout de corde en haut du dernier puits .

Là le ruisseau se perd à nouveau dans un passage que nous envisageons d’agrandir et qui constituera le projet  (majeur) n° 5 .

Le projet n° 6 consistera à poursuivre l’escalade au niveau du P30 en cloche dans un puits remontant aspirant la majeure partie du courant d’air et où je m’étais arrêté à environ +20.

Le projet n° 7 consistera à rendre la progression plus facile en aménagent les trois passages très étroits du gouffre à -38, -110 et 185.

Nous sortons après une virée de 11h00 et sommes récompensés par un beau couché de soleil sur une incroyable mer de nuages.

Plein les yeux à la sortie !!!
Plein les yeux à la sortie !!!

Plein les yeux à la sortie !!!

Le lendemain c'est prospection à partir de la "vallée glacée" où s'ouvre le Z 112 jusqu'à la route franco espagnole avant le tunnel.

La rivière Z… Comme dans Z…ampory …

Nous découvrirons plusieurs cavités dont :

- Le Z 142 (marqué terminé !) avec un méandre soufflant à élargir à -20.

- Le Z421 terminé à -24.

- Le beau Z 422 (-26) avec une fissure soufflante à -20.

- Le Z 423 , gros souffleur qui a ouvert un tube glacé dans une doline encore pleine de neige.

- Le Z 424, bouché à -15

- Le Z 425 obstrué par la neige à -5

- Le Z 426 avec un CA phénoménal entre des blocs qu'il faudra bouger à ... 10 mètres de la route !!!

Successivement les Z 421- Z422 - Z 142 et Z 424
Successivement les Z 421- Z422 - Z 142 et Z 424
Successivement les Z 421- Z422 - Z 142 et Z 424
Successivement les Z 421- Z422 - Z 142 et Z 424

Successivement les Z 421- Z422 - Z 142 et Z 424

La rivière Z… Comme dans Z…ampory …
La rivière Z… Comme dans Z…ampory …
La rivière Z… Comme dans Z…ampory …
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article