Réunion ARSIP et traversée Odon-PDG à Arbas

Publié le par Groupe Auscitain de Spéléologie

Samedi 21 et Dimanche 22 Avril :

Réunion ARSIP (hivernales) à l’ex-maison des gouffres à ARBAS au cœur du 2ème plus beau massif karstique de France … Le premier étant la Pierre évidemment !

Le Samedi est consacré à Karsteau présenté par François Ichas. La saisie ne devrait pas tarder à être attaquée. Du boulot en perspective ! On en profite pour dire à François que notre département chéri (32) va également être saisi. Là beaucoup moins de boulot mais 140 cavités quand même ! Et pas des moindres …

Dimanche : Au programme :

  • Les panneaux d’information sur le massif : Là aussi on a (enfin !!!) avancé : 1 panneau au col, un autre à la réception de la Verna (sous Arakoeix) et un dernier soit à Roncal soit au nouveau refuge de Bellagua. Pour l’expo de la station, on va se charger de la mettre à jour.
  • Mise en conformité des coordonnées pour une uniformité de toutes les cavités (Françaises et Espagnoles).
  • Rappel sur les règles à respecter sur le versant espagnol, mais pas que…
  • Relations avec nos amis espagnols , nécessité de re-tisser les liens qui semblent s’être quelque peu distendus…
  • Projets arsip-info hors-série : A voir car sortie d’un topo guide 64 et d’un gros bouquin historique (Oier)…
  • Bilan Librairie et comptes ARSIP, ça roule , on a du flouze !

Participants : Cécile et Jean-Paul, Marie-Claude et Mickey, Richard Maire, Philippe Pélissier, Christian Giraud, Jean-François Leroux, Brice Maestracci, Joël et moi.

François présente Karsteau

François présente Karsteau

Lundi :

Jean-Paul nous emmène dans une traversée que allons découvrir : Gouffre Odon- gouffre du Pont de Gerbau via le puits du Petit Poucet et l’Ogre.

Départ de la fontaine de l’Ours comme pour aller à la Henne Morte et bifurcation à droite dans un superbe sous-bois lapiazzé propre au massif de la Coume.

Arrivée à la superbe entrée de l’Odon (souvenirs souvenirs… Mais à l’époque on montait par le très raide chemin des chèvres du col de Pène Blanque).

Le puits d’entrée (Puits des Belges , 52m) est d’une beauté à couper le souffle ! Suit un méandre facile qui conduit au très vaste puits des Commingeois, P48 en cloche (style Liberty Bell au SC3) . On est bien dans un des plus vastes gouffres de la Coume, et le plaisir est total !

Plus bas il faut penduler dans le puits des Anciens (P30) pour accéder à la suite de la traversée. Tout droit c’est vers le fond (étroit) de l’Odon vers -400.

On ne tarde pas à arriver au puits (vaste, encore un…) de l’Islam. Sa base forme un petit lac qu’il faut traverser pour accéder à une remontée vers la suite.

A mi-remontée on s’engage dans un boyau qui donne sur une incroyable galerie au sol sablonneux et très plat : On est dans le réseau Larrégola qui conduit à la salle du Camp de la Henne Morte. Le courant d’air est puissant. Ici les premiers explorateurs ont dû galoper « grave » sur ce véritable boulevard sans aucune difficulté de progression.

Nous nous arrêtons au laminoir de sable et cassons la croûte au beau milieu de ce bel havre de Paix.

Retour au puits de l’Islam et poursuite de la remontée sur corde jusqu’aux galeries se dirigeant vers le PDG.

C’est la partie la moins plaisante ! La progression serait facile si le sol était moins boueux et glissant…

Après quelques centaines de mètres et la descente de quelques petits puits nous arrivons au puits du Petit Poucet juste avant « la clef » de la traversée : Le puits de l’Ogre, où il va falloir composer avec la corde de traversée qui est « tonchée » au beau milieu.

Voilà le Monstre !!! Ou plutôt l’Ogre.

Après s’être fait un peu prier (il faut avouer que le lieu est particulièrement flippant !) , Jean-Paul attaque le rééquipement avec une nouvelle corde. Il parvient enfin après quelques acrobaties, à la lucarne située 20 mètre plus bas et de l’autre côté du puits de 15 mètres de diamètre ! Beau pendule avec 100 mètres de gaz sous les fesses !

Je le rejoins après avoir enlevé la corde (cordasse de 10.5) tonchée et une fois à la lucarne, nous tendons une corde guide qui va grandement faciliter la traversée : Le long pendule est transformé en un beau et facile « rappel guidé » en plein milieu du puits de l’Ogre. Il y a des images qu’on n’oublie pas…

Pendant ce temps, Brice photographie la scène avec Joël pendu au beau milieu du puits monstrueux.

De notre lucarne, une corde remonte vers le réseau des « Législatives supérieur ». Nous poursuivons notre traversée par le réseau inférieur des « Législatives ».

La progression est agréable dans des galeries incroyablement corrodées. Quelques descentes de puits encore et nous voilà enfin au point bas de la traversée 337 mètres sous l’entrée de l’Odon : Nous nous retrouvons en terrain connu dans les galeries Michel Juilhe. Il ne reste plus que 120 mètres à remonter jusqu’à l’entrée du PDG.

Brice Prend quelques clichés dans les belles galeries, dans les passages étroits avant la « chatière Claude » et dans le P43 du PDG.

Une splendide traversée que nous avons parcourue en environ 8 heures en prenant le temps de bien en profiter.

Merci Jean-Paul pour cette belle traversée.

La traversée en détail

La traversée en détail

La traversée de l'Ogre. Photo Brice Maestracci

La traversée de l'Ogre. Photo Brice Maestracci

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article