Ça se précise au pays des vautours fauve

Publié le par Groupe Auscitain de Spéléologie

Arrivés à Arrakoeix vers 21h30 pour Johan, Joël et Alain après un bref arrêt au MacDo de Pau.

Des spéléos au MacDo ??? Oui, car les courses que nous avions faites le matin ont été mises au frais chez Joël… Elles y sont encore… Pfffttt !

Vision apocalyptique du haut des gorges d’Ehujarre en feu (écobuage). Gasp , mais c’est là où nous allons demain !!! Bon on verra bien.

Au matin nous retrouvons au col de la PSM sous un soleil radieux Marie Claude et Mickey, Gilbert (et scotty), et Serge (Lataps) qui vient d’être reçu avec mention au concours des retraités, bienvenue au Club Sergio.

La piste d’Errayçé étant encore enneigée, c’est par le « vieux » sentier de Ligolette que nous accédons aux gorges. Souvenirs, souvenirs, je me souviens encore des portages du camp 71, c’était mon premier camp, celui où j’ai attrapé le virus qui ne m’a plus jamais quitté !

Premier rappel, en dessous de nous, les raides pentes herbeuses ont bien été « écobuées » et nous ne tardons pas à ressembler à des ramoneurs…

Ça se précise au pays des vautours fauve
Ça se précise au pays des vautours fauve

Deux goujons sont rapidement mis en place pour accèder à l’UT 111. Je retrouve le piton laissé par Joël et je découvre le beau méandre qui souffle un fort courant d’air !

Serge me rejoint rapidement et tente d’aller le plus loin possible. Il constate qu’une brève désob sera nécessaire à 5/6m du départ du méandre et qu’au-delà le méandre est à nouveau pénétrable sur au moins deux mètres de plus (pas de vision au-delà).

Je continue ma descente pour accèder à l’UT 112 mais en bout de la C70 je suis encore à une vingtaine de mètres de la cavité convoitée (trait rouge sur la photo). Il faudra en fait descendre jusqu’à la terrasse herbeuse pour remonter en escalade vers le porche qui est décalé sur la gauche. Ça sera pour la prochaine fois.

Nous nous dirigeons ensuite vers la grande faille plus au Sud. Les piolets nous sont bien utiles pour traverser sur les pentes raides surplombant les falaises.

Le méandre de l'UT111

Le méandre de l'UT111

Ça se précise au pays des vautours fauve
Ça se précise au pays des vautours fauve

Johan va faire sont baptème en « première » dans les gorges ! Il descend une quinzaine de mètres dans la faille jusqu’à un ressaut très instable et dix mètres plus bas il semble y avoir une cavité.

Je le remplace en faisant le ménage sur la pente ébouleuse et installe un mickey le plus loin possible pour éviter un énorme bloc qui menace de nous accompagner dans notre descente.

Dix mètres plus bas je découvre un beau porche qui s’enfonce dans le noir ! Moment inoubliable où l’imaginaire et le rève dépasse toute logique ! Bref le plaisir absolu de la découverte… Le beau porche se prolonge par une fracture très étroite qui s’enfonce sur une hauteur de trois mètres environ. Là encore il faudra désobstruer et là encore il y a du courant d’air ! Bien moins qu’à l’UT 111 mais bien sensible quand même. Très vite tout le monde est là pour découvrir cette nouvelle cavité prometteuse. Une journée très constructive et du boulot en perspective pour l’avenir…

Tandis que Johan et Joël déséquipent la grande ligne de rappel, Serge Alain en équipent une nouvelle beaucoup plus directe et qui ne nécessitera que 100m de corde au lieu des 250 de l’ancien accès. Pendant ce temps Mickey et Marie Claude re-visitent l’UT 106 alors que Gilbert prospecte entre le départ des rappels et le cirque de la grotte du brouillard : Nombreuses dolines mais encore encombrées de neige…

L'UT 119, le petit dernier...
L'UT 119, le petit dernier...
L'UT 119, le petit dernier...
L'UT 119, le petit dernier...
L'UT 119, le petit dernier...

L'UT 119, le petit dernier...

L'état actuel des recherches Amalgame; Restent à visiter : UT 112, 113, 116, 117, 118 et 120

L'état actuel des recherches Amalgame; Restent à visiter : UT 112, 113, 116, 117, 118 et 120

La vidéo très bientôt...

AB

Commenter cet article