Le renard se défend de toutes ses griffes

Publié le par Groupe Auscitain de Spéléologie

 

C’est sous de superbes couleurs d’automne et un air parfaitement limpide que nous arrivons à l’entrée de la sima C506 après avoir rapidement salué nos amis de Rodez et du GAES Bilbao au chalet ARSIP.

C’est vraiment une sublime journée et c’est presque à regret que nous nous engouffrons (en voilà un terme approprié !) dans le puits du Renard.

A peine ai-je touché le fond du P80 que j’entends déjà Régis qui « trastège » au terminus du WE dernier. Motivé le bougre !!!

Tellement motivé que , après avoir bougé quelques gros blocs, il franchit l’étroiture terminale.

Là, premier coup de massue ! Il se trouve au bas d’un grand puits remontant. Paul avait eu une vision prémonitoire…

La base est constituée de blocs centimétriques qui semblent coincés sur un vide sous-jaccent…

Mais le courant d’air - aujourd’hui aspirant- s’engage dans une nouvelle fracture orientée au 270* N.

A 3m de haut une lucarne donne une nouvelle vue sur un nouveau gros vide. C’est reparti !

Entre temps Mickey nous a rejoint et a aménagé le premier passage étroit qui en est devenu presque confortable.

La désob reprend de plus belle. Nous avons alors la vision sur le nouveau gros vide et là- bas, à environ 4/5 mètres , une nouvelle grosse lucarne nous nargue sournoisement, sachant bien que nous ne la rejoindrons pas aujourd’hui.

Elle ne perd rien pour attendre, le prochain coup sera le bon !

Au retour, nous passons chez notre amie Patricia qui est en train de  dessiner le cheminement de notre rivière tant espérée au pendule . Tiens, elle ne passe pas loin du C506…

 

Le croquis d'explo en développé . Le dernier tronçon fait un coude vers l'Ouest (à 90°)

Le croquis d'explo en développé . Le dernier tronçon fait un coude vers l'Ouest (à 90°)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article