Ehujarre : Quand le dernier devient le premier...

Publié le par Groupe Auscitain de Spéléologie

Merde il reste un porche inexploré et l'article "Ehujarre, les voltigeurs du ciel" pour le Bul ARSIP n° 18 est donc incomplet...

Qu'à cela ne tienne ! on constitue le club des six, ou six point zéro , bref 4 sexas quoi : Serge Puisais, Joël et Alain + Mickey qui se postera au dessus du porche du chat sauvage en rive gauche pour nous guider au Talkie dans cette immensité verticale.

On ira en semaine ça ne nous pose aucun problème vu que le monde du travail est loin derrière nous (on ne peut pas avoir que des désavantages à être vieux).

C'est donc chargés comme des mules que nous prenons la direction de l'UT 110, le dernier inconnu : 300m de cordes, perfo, amarrages divers et variés...

La situation des cavités avec l'accès à l'UT 110 et au petit dernier : l'UT 111

La situation des cavités avec l'accès à l'UT 110 et au petit dernier : l'UT 111

Premier cran vertical. Je retrouve sans peine les ancrages que nous avions posés avec Régis il y a 2 ans pour accèder à l'UT 106.

C'est parti pour une longue descente sur les prairies inclinées à 50°. Il nous faudra 180 mètres de corde pour accèder au sommet de la barre rocheuse où s'ouvre l'UT 110.

Ehujarre : Quand le dernier devient le premier...

Je commence à attaquer la barre rocheuse : Le rocher est excellent comme la plupart du temps dans les gorges. Au bas de la première tirée de 20m, je me pose sur une vire herbeuse suspendue et je remarque sur ma droite l'ouverture d'une nouvelle cavité que nous n'avions pas repérée. On verra ça au retour...

Encore deux goujons et je me retrouve en bout de la corde de 40m. 20 m au dessus de l'UT 110 !!! Je pose un bon relais et je demande à Joël s'i nous reste de la corde.

La réponse est oui mais la dernière corde de 50m est restée dans la voiture de Mickey !

La solution est vite trouvée : Mickey va nous apporter la corde au départ de la descente et Joël va se taper les 200m de remontée pour aller la chercher.

Pendant ce temps je remonte en haut de la barre rocheuse pour papoter avec Serge qui est en train de cuire lentement au soleil.

Dans la dernière barre rocheuse haute de 80 mètres.
Dans la dernière barre rocheuse haute de 80 mètres.
Dans la dernière barre rocheuse haute de 80 mètres.
Dans la dernière barre rocheuse haute de 80 mètres.

Dans la dernière barre rocheuse haute de 80 mètres.

Nous voilà au dernier relais. Je laisse à Joël le soin de planter le dernier goujon pour atteindre le porche convoité, il l'a bien mérité !

Alors que la perfo démarre, je vois décoller un énorme vautour fauve en dessous de nous. Pas de doute notre porche est habité !

Quelques minutes plus tard, Joêl atteint l'entrée de la cavité et surprise, il y découvre un deuxième vautour qui est tapi dans l'ombre de la grotte. C'est tout ce qu'il découvrira car ce beau porche est lui aussi colmaté .

Remontée en déséquipant. Je vais en haut de la barre rocheuse et j'assure Joël qui va aller voir le dernier porche repéré à la descente. Il ne paye pas de mine mais tant qu'on est là, ça serait trop C.. de ne pas aller le voir.

Arrivé à l'entrée de la cavité, Joël a la surprise de découvrir un méandre qui s'enfonce à l'horizontale dans la paroi, c'est bon ça !

Il s'y engage et d'un coup il sent un violent courant qui lui ébouriffe sa tignasse... Bon d'accord il n'a plus vraiment de tignasse mais il est ébouriffé de l'intérieur et c'est ça qui compte ! C'est très bon ça !!!

Mais comme à Amalgame ça n'est jamais simple, il va falloir élargir car le méandre est trop étroit. Le son se répercute très loin au delà du point atteint. C'est TRES TRES BON CA !!!

Et voilà comment l'ultime porche exploré devient le plus prometteur. Nous rejoignons la voiture complètement en nage sour le soleil de plomb complètement déshydratés mais heureux. La chance nous a enfin souri et notre détermination a enfin payé !

Vue des gorges de la barre rocheuse du L'UT 110

Vue des gorges de la barre rocheuse du L'UT 110

Commenter cet article